WCPP 2015 : la chute de l'Empereur

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Après la première édition organisée à Las Vegas en 2012, et les deux suivantes à Londres, c'est à nouveau dans la capitale anglaise qu'avait lieu cette année le World Championship of Ping Pong, ce grand tournoi international qui réunit chaque année les meilleurs joueurs de sandpaper de la planète. 64 participants issus de tournois de qualification allaient donc s'affronter durant le dernier week-end de janvier dans ce magnifique endroit qu'est Alexandra Palace, avec à la clé un chèque de $20000 pour le vainqueur ($100000 de dotation totale).


La table N° 1 et ses gradins

Après avoir remporté les trois premières éditions, le Russe Maxim Shmyrev était attendu avec beaucoup de curiosité pour savoir s'il arriverait à garder son titre une année de plus. Plusieurs joueurs pouvaient prétendre à sa succession, tels qu'Ilja Lupulesku, finaliste en 2014, le Philippin Richard Gonzales, demi-finaliste en 2014, Lubomir Pistej, le mieux classé au classement ITTF (N° 115), Les Anglais Chris Doran, Andrew Rushton et Andrew Baggaley, ou le fantasque Ecossais Gavin Rumgay.


Maxim Shmyrev

On pouvait aussi s'attendre à des surprises parmi les qualifiés de cette année, car dès les poules, on pouvait se rendre compte de le nette augmentation du niveau général, notamment du côté allemand, avec Alexander Flemming (1/8 de finaliste en 2014), et le sino-allemand Mu Hao, très attendu par ses compatriotes, et qui fit forte impression en remportant facilement ses deux matches.


Alexander Flemming

Mais l'une des curiosités de cette édition 2015 était la présence pour la première fois de 3 joueurs chinois, issus de qualifications qui avaient réuni pas moins de 300 joueurs. On se demandait donc s'ils domineraient le sandpaper comme ils le font déjà pour le tennis de table "mousse". La réponse arriva rapidement : aucun des trois n'arriva à sortir des poules.
Quelques surprises étaient à signaler à l'issue des poules, dont l’élimination de Jonhard Baldonado, l'Américano-philippin pourtant spécialiste du sandpaper, celle de l'autre Américain Jim Butler, Champion en titre des Etats-Unis de tennis de table et bon joueur de hardbat, mais aussi la qualification du jeune Roumain de 14 ans Vlad Farcas, qui, après avoir logiquement perdu contre l'un des favoris Andrew Rushton, arrivait à passer les poules en éliminant successivement le populaire Anglais "Butterfly" Joe Kennedy et le Hongrois Ferenc Turei.


Vlad Farcas

Côté français, Xavier Raynal se qualifiait pour le tableau final en gagnant facilement ses 2 matches, alors que Jérôme Vitel était malheureusement éliminé en n'arrivant à vaincre qu'un seul de ses adversaires.


Xavier Raynal


Le clan français

Dans le tableau final, aucune surprise en 1/16 de finale avec la qualification de tous les favoris, et malheureusement l'élimination de Xavier Raynal contre le solide Nigérian Kazeem Adeleke. L'Allemand Mu Hao quant à lui continuait à faire forte impression en éliminant facilement son compatriote Sebastian Carl.
Les 2 premières surprises de ce tableau final arrivèrent en 1/8 de finale avec l'élimination des deux 1/2 finalistes de 2014 : celle de Richard Gonzales par le surprenant jeune Belge Steve Bovenisty, jusqu'alors inconnu dans le milieu du sandpaper, puis celle d'Ilja Lupulesku par Alexander Flemming, déjà 1/8 de finaliste l'année dernière, et qui prouvait à tout le monde qu'il faudrait compter sur lui cette année. Le jeune Allemand continuait d'ailleurs à surprendre son monde en éliminant ensuite l'Ecossais Gavin Rumgay, tandis que Steve Bovenisty ne pouvait rien face au Slovaque Lubomir Pistej, qui montrait ainsi ses ambitions pour le gain de la couronne.


Steve Bovenisty

Dans les autres 1/4 de finale, Maxim Shmyrev se qualifiait facilement aux dépens de Chris Doran, pourtant impressionnant en 1/8, et Andrew Baggaley intégrait le dernier carré en venant à bout de l'autre Andrew (Rushton), après avoir éliminé Mu Hao au tour précédent. Nous allions donc assister à des 1/2 finales inédites, avec le tenant du titre face au 1/2 finaliste de 2013 Andrew Baggaley, et l'étonnant Allemand Alexander Flemming contre le redoutable Slovaque Lubomir Pistej qui n'avait encore perdu aucun set dans la compétition.


Lubomir Pistej

Dans la première 1/2 finale, comme à son habitude, Maxim Shmyrev ne laissait pas le temps à son adversaire d'installer son jeu, en prenant la balle très tôt et en essayant littéralement de l'asphyxier. Baggaley arrivait à entrer un peu plus dans le jeu en fin de première manche mais s'inclinait 15/8. La deuxième manche était plus équilibrée, mais Shmyrev faisait plus de fautes qu'à son habitude, et l'Anglais remportait le set 15/11. Dans la troisième manche, Baggaley, porté par les nombreux spectateurs, arrivait encore à élever son niveau de jeu, alors que de son côté Shmyrev multipliait les fautes, et malgré les encouragements des supporters russes, il perdait cette belle 15/7. Il ne serait donc pas le vainqueur d'un quatrième titre, et Andrew Baggaley devenait de fait le favori de la finale. Plus tard, Maxim Shmyrev expliquera qu'il avait été gêné par le jeu de son adversaire qui avait la capacité de démarrer fort des deux côtés.
Dans la 2ème 1/2 finale, là aussi le favori de la partie remportait la première manche, mais il était dit que les résultats de ces 1/2 finales ne seraient pas ceux attendus, puisque, au prix d'un engagement physique impressionnant, le jeune Alexander Flemming remportait facilement les 2 manches suivantes 2 fois 15/8.
La finale opposerait donc la tête de série N° 5 de la compétition, Andrew Baggaley, au surprenant Alexander Flemming, 1/8 de finaliste en 2014, et qu'on n'attendait tout de même pas à ce niveau. Et le match commençait plutôt bien pour le favori puisqu'il remportait les deux premiers sets (la finale se déroulant au meilleur des 5 manches). Mais il était dit que le suspense irait jusqu'au bout de cette soirée, puisque, après deux sets de folie où les deux adversaires se rendaient coup pour coup, parfois dans des échanges où l'on avait du mal à croire que leurs raquettes étaient uniquement recouvertes de papier de verre, le joueur allemand revenait à la hauteur de l'Anglais. La dernière manche promettait donc d'être intéressante, et le public présent ne fût pas déçu, car celle-ci fut d'un niveau et d'une intensité incroyables, chaque joueur revenant au score dès que son adversaire prenait un ou deux points d'avance, et ceci jusqu'à 12/12. C'est alors que le joueur anglais arrivait encore à élever son niveau de jeu sur les derniers échanges, et en allant puiser dans ses dernières réserves, il remportait les 3 derniers points, et gagnait ainsi la finale de ce 4ème World Championship of Ping Pong, succédant ainsi au triple vainqueur Maxim Shmyrev.


Andrew Baggaley


Les finalistes

A titre personnel, je retiendrai de ce week-end l'excellente organisation, le niveau de jeu encore plus élevé qu'en 2014, la bonne ambiance dans le clan français, mais aussi entre les supporters des différents pays, la proximité avec les joueurs qui serait impossible dans une compétition ITTF, et une salle pleine le dimanche, avec un public chaud bouillant, mais qui garde un esprit très fair-play et sait applaudir les beaux points, même contre des joueurs britanniques. Nul doute que cette compétition deviendra de plus en plus populaire en Angleterre, et sans doute aussi en dehors de ses frontières.

(Photos : source WCPP)
Dernière modification le lundi, 09 mars 2015 05:39

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

طراحی سایت آرشا وببهینه سازی سایتپارتیشنکاشت مو