lundi, 19 décembre 2016 22:31

Le Liha, l'autre Sandpaper

C'est aux Etats-Unis qu'à la fin des années 70 est né le hardbat, de la volonté de plusieurs joueurs de revenir au tennis de table de "l'Âge d'Or" des années 30/40, qu'ils estimaient plus "pur" que celui de la mousse et des revêtements adhérents, qui avaient selon eux perverti la discipline. Plus tard, au début des années 2000, apparut le sandpaper, que Marty Reisman, joueur emblématique du hardbat américain, considérait comme la forme "la plus pure" du tennis de table, avec des possibilités de mettre de l'effet à la balle encore plus réduites qu'avec un caoutchouc à picots courts sans mousse.

Reisman 2
Marty Reisman dans les années 60

Mais si le sandpaper a pu se développer aux Etats-Unis, c'est avant tout grâce à des pongistes philippins, qui ont fait connaître une discipline de leur pays, le liha, lors de voyages en Amérique du Nord, ainsi que par des vidéos en ligne.

Raquettes liha
Raquettes de liha philippines avec manche décoré

Un peu d'histoire

Cette introduction du sandpaper par les Philippins aux Etats-Unis est d'ailleurs une sorte de "retour des choses", puisque ce sont les soldats américains qui amenèrent le tennis de table aux Philippines aux alentours de 1900, lors de la première période de colonisation américaine. Ils répandirent alors le Ping Pong (du nom des boîtes de matériel qu'ils emmenèrent avec eux) dans le pays, aidés également par les "Thomasites", un groupe d'instituteurs envoyé par les Etats-Unis pour mettre en place et développer un nouveau système éducatif. Après le départ des militaires, ces derniers continuèrent à promouvoir le ping pong à travers le pays.

Mais alors que le tennis de table continuait à se populariser aux Philippines, une autre forme se jouait chez les particuliers, dans les rues, et à peu près partout où l'on pouvait trouver une table, avec ses règles spécifiques : le liha, descendant direct du ping pong originel. L'auteur de cette redécouverte fut le regretté Peter Cua, ancien membre de l'équipe nationale philippine, qui le fit connaître au grand public et le popularisa dans les salles de sport.

Les règles du liha

Les raquettes utilisées doivent être recouvertes de revêtements en papier de verre.
Les balles blanches ou orange font 38 mm de diamètre.
Service "easy serve easy return" (service facile retour facile), c'est une simple mise en jeu en coup droit et dans le coup droit du receveur. Ce dernier a le droit de refuser le service autant de fois qu'il le souhaite s'il le trouve trop difficile. Le joueur qui sert est celui qui récupère la balle de son côté.
Une partie se joue au meilleur des 3 manches de 20 points. A 19/19, on reprend à 0, et le premier arrivé à 5 points gagne la manche.
Un joueur est autorisé à toucher la table avec sa main libre.

Liha
Une partie de liha aux Philippines

Les particularités du liha

Outre ses règles spécifiques, le liha présente des différences importantes avec le tennis de table standard. Le service est une simple mise en jeu, qui permet au serveur de lancer l'échange sans chercher à gagner le point. Le receveur renvoie généralement une balle coupé qui permet au serveur d'attaquer, puis l'échange se poursuit avec une alternance de phases d'attaque et de défense pour chaque joueur. Les rotations sont faibles par rapport aux revêtements backside, la vitesse de la balle moins importante et les échanges plus longs.

Le liha à travers le Monde

Outre les Philippines d'où cette discipline est originaire, le liha se joue également aux Etats-Unis lors de certains tournois. Il existe même des séries Liha à l'US Open et aux Championnats des Etats-Unis.

Quelques joueurs

Peter Cua : il est considéré comme le principal promoteur du liha. Après l'avoir redécouvert aux Philippines, il le fit connaître aux Etats-Unis. Appelé "Ambassadeur du Liha", il est décédé tragiquement en 2014.

Peter Cua
Peter Cua

Marty Reisman : pendant les dernières années de sa vie, il se tourna plus particulièrement vers le sandpaper, et faisait régulièrement des matches de démonstration, notamment au Spin New York. Il est mort en 2012 à l'âge de 82 ans.

Richard Gonzales : international philippin de tennis de table, Richard Gonzales est également un très bon "lihador" (joueur de liha) et joueur de sandpaper. Il a atteint 2 fois les 1/2 finales du World Championship of Ping Pong, le grand tournoi international de sandpaper de Londres.

Gonzales
Richard Gonzales au World Championship of Ping Pong

De nombreux joueurs philippins, inconnus en dehors de leur pays, sont également de très bons lihadors : Joseph Cruz, Berto Bas, Alan Reyes, Nico Cruz, Edwin Suarez...

Aux Etats-Unis, les meilleurs joueurs de liha sont issus de la communauté Hardbat : A.J Carney, Chu Bin Hai, Adoni Maropis, Scott Gordon...

Publié dans Informations

3ème édition du tournoi français de qualification pour le World Championship of Ping Pong, le Championnat du Monde de sandpaper doté de $100000 de prix, et 2ème édition consécutive coorganisée par Hardbat France et le club du LSCTT Levallois. 7 des 1/4 de finalistes de 2014 étaient présents, avec également 3 nouveaux participants de choix : Thomas Beudard, nouveau N° 1 du Classement Hardbat Français, 2 fois vainqueur du Tournoi des Culs Salés de Guérande, l'international mexicain Salvador Uribe, N° 138 FFTT, et Cédric Mirault, N° 70 FFTT, ancien N° 5 français, 4 fois Champion de France par équipes, Champion de France en Doubles Mixtes et en Doubles Messieurs. Après les joueuses de Pro A du club de Lys-Lille Métropole en 2013, c'était la 1ère fois que le tournoi accueillait un joueur du Top 100 français. Autant dire qu'on attendait avec curiosité de voir quels seraient les résultats de ces 2 nouveaux venus.

Après un premier tour en poules, on retrouvait logiquement les joueurs attendus dans le tableau final, à savoir les 1/4 de finalistes de 2014, ainsi que Thomas Beudard, Salvador Uribe et Cédric Mirault. Cependant ces 2 derniers ne passaient pas le cap des 1/8 de finale, ce qui nous permettait s'assister à une superbe partie pour la 9ème place entre les 2 joueurs, remportée à la belle par le français.

Les 1/4 de finalistes étaient donc les mêmes qu'en 2014, avec Thomas Beudard qui prenait la 8ème place restante. Mais il était dit que le dernier carré ne comporterait aucun nouveau participant, puisque ce dernier s'inclinait en 1/4 de finale. Seul changement en 1/2 finales par rapport à l'année dernière : Christophe Raynal arrivait à passer un tour supplémentaire pour retrouver son frère Xavier, celui-ci remportant finalement cette demi-finale à l'issue d'un match très serré.

Dans l'autre partie du tableau, Jérôme Vitel traçait plutôt tranquillement son chemin jusqu'à la 1/2 finale pour y rencontrer Yohan Lecomte en 1/2 finale. Mais là aussi, il parvenait à s'imposer, et en définitive la finale serait donc la même qu'en 2014, à savoir Jérôme Vitel contre Xavier Raynal.

Dès le début de cette finale, on voyait tout de suite que Jérôme Vitel serait difficile à battre, et de fait il remportait facilement la 1ère manche 15/6. Dans la 2ème manche, Xavier Raynal revenait au jeu qu'il maîtrise très bien, à savoir une défense solide avec des contre-attaques rapides, ce qui lui permettait de ne pas se laisser trop distancer. Mais Jérôme Vitel arrivait à élever son niveau de jeu en fin de manche, qu'il finissait par remporter 15/9. La 3ème manche commençait de manière plus équilibrée, Xavier Raynal parvenant même à mener 3/1, puis 4/3, mais Jérôme Vitel recollait au score pour se détacher en menant jusqu'à 10/5. Xavier Raynal revenait alors sur son adversaire pour égaliser à 11/11. Mais comme dans la 2ème manche, Jérôme Vitel arrivait à donner un dernier coup de collier, et il finissait par s'imposer 15/12, remportant ainsi pour la 2ème année consécutive la finale de ce tournoi, aux dépends du même adversaire que l'année dernière, Xavier Raynal. Ces 2 joueurs représentront donc à nouveau la France au World Championship of Ping Pong 2016, qui se déroulera du 22 au 24 janvier prochains à l'Alexandra Palace de Londres.

Vitel vainqueur 2015
Jérôme Vitel, vainqueur de la finale (photo: Denis Lavalette)

La petite finale quant à elle était remportée par Christophe Raynal face à Yohan Lecomte qui finit à la même place qu'en 2014.

On retiendra notamment de cette nouvelle édition du tournoi un niveau de jeu moyen plus élevé que les années précédentes, avec de nouveaux joueurs ayant déjà un très bon niveau en hardbat ou en "mousse", et des anciens participants qui semblent avoir bien préparé l'événement.

A noter lors de ce tournoi la présence d'un stand de Ping sans Frontières, dont Hardbat France et le LSCTT Levallois sont partenaires, ainsi que de sa présidente Sarah Hanffou, venue présenter l'association aux personnes présentes ce jour-là.

Un résumé de la finale peut être visionné ici.

Publié dans Tournois Français
jeudi, 16 juillet 2015 03:40

Résultats de l'US Open 2015

Comme chaque année depuis 1998, et avec plusieurs interruptions depuis 1977, les organisateurs de l'US Open de tennis de table proposaient plusieurs séries Hardbat, dont la série principale, Hardbat RR (pour Round Robin, formule Open avec 1er tour par poules puis tableau à élimination directe). 23 joueurs s'étaient inscrits à cette série, mais 16 seulement étaient réellement présents. Parmi eux, plusieurs prétendants au titre, dont le comédien américain Adoni Maropis, vainqueur en 2013, le joueur polonais Filip Szymanski (N° 242 ITTF), Johnard Baldonado, Champion des États-Unis 2010 de Hardbat, et le tenant du titre Jimmy Butler, également Champion des États-Unis en titre de tennis de table, N° 1 du Classement Hardbat Américain, grand favori de la compétition.

A l'issue des poules, on notait 2 surprises, avec l'élimination de Filip Szymanski (tête de série N° 2) par le vétéran spécialiste du hardbat Jay Turberville,et celle d'Adoni Maropis par Chance Friend, N° 16 du Classement Hardbat Américain.

En finale du tableau, on retrouvait comme on pouvait le prévoir la tête de série N° 1 Jimmy Butler, opposé à la tête de série N° 4 Chu Bin Hai. Après une victoire assez facile de Jimmy Butler dans la 1ère manche (21/12), son adversaire remportait la 2ème manche (21/18) revenant ainsi à une manche partout. Mais Jimmy Butler remportait les 2 manches suivantes (21/15, 21/08) et confirmait donc son titre acquis l'année dernière.

Jimmy Butler avait déjà remporté la série Hardbat RR de l'US Open en 2002, mais il avait dû interrompre sa carrière en 2003 pour raisons de santé. Il est de retour depuis 2 ans et a réussi à remporter le titre de Champion des Etats-Unis de tennis de table l'année dernière, à 44 ans, 21 ans (!) après son dernier titre (qu'il a remporté 4 fois au total).

Dans la série Open Sandpaper RR, 11 joueurs étaient présents sur les 13 inscrits, Jimmy Butler ayant notamment renoncé à y participer. C'est le finaliste de la série Hardbat RR, Chu Bin Hai, qui remportait la finale en battant le spécialiste d'origine philippine Johnard Baldonado (-12,19,-21,15,15).

Une particularité de l'US Open est de proposer également une série « Liha », une variante du sandpaper très populaire aux Philippines et qui se joue avec des règles spécifiques (voir ici, en anglais). Parmi les 13 participants, on notait la présence d'Adoni Maropis, de Johnard Baldonado et de Chu Bin Hai, ainsi que celle du spécialiste philippin Louie Pineda. C'est d'ailleurs ce dernier qui remportait la finale face à son compatriote Johnard Baldonado (-15, 14, 06).

A noter la présence dans les séries Sandpaper et Liha d'un joueur français, Florian Mielle, classé 19, licencié au CS Pertuisien.

Les résultats des autres séries (« mousse », hardbat et sandpaper) sont disponibles ici.

Publié dans Tournois Etrangers
آرشاوبطراحی سایتپارتیشن دوجدارهپارتیشنپارتیشن دوجداره